Projet Canada Vers 2030

CANADA-2030_2-FACES

Projet Canada Vers 2030

Le Projet Canada vers 2030 est une recherche de prospective non-partisane ayant de multiples facettes. Il a compté des événements dans plusieurs grandes villes canadiennes (notamment à Vancouver, à Calgary, à Toronto et à Montréal), des présentations et des rencontres à l’étranger (en Asie, en Europe et aux États-Unis) et d’autres occasions d’exploration et d’échange continuent d’être planifiées. Ce site internet sert à partager les résultats des diverses conversations ainsi que des analyses pertinentes sur les phénomènes à long terme susceptibles d’influencer l’avenir canadien. C2030 en savoir+

VERS 2030 – LE CANADA FACE À DES INCERTITUDES

Les incertitudes auxquelles le Canada fera face ne devraient ni nous apeurer, ni nous paralyser, mais devraient plutôt nous aider à prévoir et à nous préparer. Éviter ou minimiser un risque, ou encore identifier et saisir une nouvelle opportunité demande de l’imagination et du leadership.

Les usines, les mines ou les laboratoires qui ferment en raison de la concurrence étrangère ou d’une devise forte pourraient-elles aussi disparaître par manque de travailleurs ? Est-ce que les taux de natalité, d’immigration et d’obtention de diplôme auront réussi à maintenir une main-d’œuvre qualifiée suffisante ? Ou faudra-t-il ralentir la vitesse d’innovation des entreprises ?

Les effets du vieillissement de la population sur les finances publiques et la productivité, possiblement combinés à un taux de participation au travail réduit, à une diminution des entrepreneurs, à des déficits de régimes de retraite coûteux ou à l’absence régulière de retraités les froids mois d’hiver, affecteront-ils le potentiel du PIB canadien ? Passerons-nous d’un taux de croissance potentiel de 3 % à moins de 2 % ?

« Un super-cycle de la demande ne signifie pas toujours un super-cycle des prix. Les entreprises, les investisseurs et les gouvernements devraient se préoccuper du risque d’une chute des prix et les effets secondaires sur le dollar canadien et les finances publiques. »

Eric Noël, octobre 2011

Une production pétrolière accrue et de nouvelles réserves au Canada (incluant en Arctique), aux États-Unis et ailleurs, une hausse des bio-fuels (issus de denrées non-alimentaires) et des essences synthétiques ajoutées à une diminution de l’intensité énergétique per capita permettront-elles de parler d’un sommet de la demande plutôt que d’un sommet de la production d’hydrocarbures ? Les compagnies pétrolières canadiennes pourront-elles concurrencer au niveau des coûts et de la capacité des oléoducs ?

Être bousculé par des changements puissants, complexes et multiples sera exigeant pour nos élus et fonctionnaires. Les Canadiens sauront-ils simplifier leur mode de gouvernance et d’administration publique ? Fatigués des effets secondaires de la corruption, de la polarisation et de la désinformation, est ce que la « société-toute-connectée » et le « gouvernement électronique » du futur permettront aux citoyens de stimuler eux-même l’innovation en matière de politique publique, d’aider les fonctionnaires dans son exécution et d’améliorer directement la livraison et la supervision des services gouvernementaux ?

Il y a peu de barrières à la mobilité interprovinciale au Canada. Avec l’âge, un nombre plus ou moins important de migrants retourneront-ils dans leurs provinces d’origine ? La mobilité de citoyens qui déménagent sans payer leur part de la dette locale accroîtera-t-telle le risque d’insolvabilité des villes ? Pouvons-nous être des migrants fiscalement responsables, ou assisterons-nous à un alourdissement de l’arbitrage interprovincial ?

En 2030, des États et villes américains souffriront de la sécheresse et du tarissement des nappes phréatiques. Le Canada consentira-t-il alors à exporter de l’eau vers les États-Unis ? Aurons-nous passé d’un débat sur les pipelines à un débat sur les grands aqueducs (de « Keystone » à « Waterstone ») ? Échangerons-nous de l’eau pour la protection du « USS Polar Arctic » ?`

La vitesse accélérée et les multiples facettes des progrès technologiques poseront-elles un défi aux agences publiques quant à leur capacité de recherche, de validation et de décisions ? Par souci de réglementation, de sécurité, d’éthique ou de coûts, les avancées dans les domaines de la génétique, du prolongement de la vie, des implants ou stimulants cérébraux ou de la biosynthétique vont-elles provoquer des débats du type « pas-dans-ma-cour » ou du « accessible-à-tous-ou-à-personne » ?

En 2030, la terre comptera 1,3 G de personnes de plus et peut-être 1 G de nouvelles classes moyennes. La demande alimentaire mondiale va exploser, notamment pour la viande et les produits laitiers. Des chocs environnementaux à l’étranger pourraient aussi nuire à la production agricole de denrées de base (céréales et riz). Le Canada vivra-t-il un nouveau succès économique et une forte hausse de ses exportations agricoles ? Comment gèrerons-nous les OPA et les investissements agro-alimentaires des entreprises d’État étrangères ?

À cause de citoyens aux revenus moyennement élevés qui n’ont pas assez épargné pour maintenir leur riche style de vie, verra-t-on émerger un premier groupe de retraités « pauvres » ? Vont-ils réduire leurs dépenses, vendre la maison et le chalet, déménager vers de plus petites villes moins chères, et coposséder une résidence, une automobile ou les services d’une aide-ménagère ? Le stress lié aux pensions de retraite (réduites ou incertaines) incitera-t-il des citoyens de 60 ans et plus en meilleure santé à prolonger leur emploi en repoussant la retraite moyenne à 68 ans ? Cela va-t-il hausser le chômage des jeunes ?

Projet Canada Vers 2030 | Détails

Canada Towards 2030 Overview

Intro

Le Canada de demain pourrait ne pas être le pays qu’il est aujourd’hui et bien positionner nos carrières, nos organisations et nos villes est essentiel. Que ferez-vous en 2030 ? Où serez-vous ? Les quinze années à venir seront vite passées et les macro-changements venant de la globalisation, de la démographie, du désendettement, de mère-nature, des révolutions technologiques ou de la sécurité mondiale, auront restructuré nos vies personnelles et nos communautés. Bien que ces impacts varieront selon notre lieu de résidence au pays et selon ce que chacun de nous fera, ils agiront sur nos enfants et nos petits-enfants.

Canada Towards 2030 Mission

Mission

Offrir une expérience de prospective de qualité aux gens intéressés à explorer le futur du Canada, à augmenter leur sensibilité et leur capacité d’anticipation face aux tendances à long terme, tout en les aidant à mieux créer l’avenir qu’ils souhaitent ou à mieux s’adapter à une nouvelle réalité.

Canada Towards 2030 Values

Valeurs

Rigueur intellectuelle et honnêteté, indépendance (pas d’agenda politique), partage d’idées, respect et optimisme.

Canada Towards 2030 Beliefs

Philosophie

Préparation, plans et ressources sont nécessaires pour créer ou gérer le changement. Celui-ci a des conséquences, rapides ou lentes, bonnes ou mauvaises, et ce n’est pas parce que rien n’est certain qu’il faut être certain de rien. Explorer les incertitudes et leurs implications stratégiques est le premier pas vers la gestion des changements à long terme.

Canada Towards 2030 Responsibility

Responsabilité partagée

Les macro-changements influencent notre prospérité et notre bien-être et y répondre est une responsabilité partagée. Faire du Canada de demain une grande nation pour les prochaines générations exige une plus grande réflexion à long terme, davantage de planification et d’incitatifs, et moins de vision à court terme. Nous récoltons ce que nous semons. Échouer de planifier, c’est planifier d’échouer.